Rapport de Contre-Expertise du projet

image_pdfimage_print

Le rapport de contre-expertise (Rapport Final de « Rail-Concept« ) commandée par la Mairie est désormais publié sur le site de la municipalité (page sur le projet RATP).

Rapport de Contre-Expertise du projetComme nous le supposions, les analystes ont souligné les incertitudes dans les hypothèses de départ pour les Phases 1 & 2, et démontré la contre-productivité de la Phase 3.

Finalement, les résultats de cette contre-expertise de Rail-Concept confirment nos premiers ressentis et proposent de nouvelles pistes d’optimisation. C’est donc pour nous un point positif et ce rapport est un élément important pour toute demande relative à ce projet.

 

Continue reading Rapport de Contre-Expertise du projet

78actu parle du projet

image_pdfimage_print

78actu parle du projet de la RATP pour Saint-Rémy-lès-Chevreuse.
78actu c’est « Toutes les Nouvelles »,  » Le courrier des Yvelines », « Le courrier de Mantes » et « Côté Yvelines »

78actu parle du projet : la gare de Saint-RémySaint-Rémy-lès-Chevreuse

Source : Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Le projet d’extension de la gare très contesté  Article paru dans 78actu

Cet article sur la Gare de Saint Rémy explique l’avancement du dossier.

A noter, que comme l’indique déjà l’analyse des riverains du RER B Robinson, le trafic de la ligne ne pourra pas être amélioré par aucune action en bout de ligne tant que la portion [Chatelet – Gare du Nord] sera saturée.
Le problème est le même à Robinson où la RATP impose également des projets d’extension très importants (Cf. Lettre-Ouverte du CARRRO)

RER-B les terminus B1&B2 sauveront-ils la ligne bloquée par le tunnel

L’Autorité Environnementale : un site à surveiller de très très près

image_pdfimage_print

L’Autorité Environnementale (partie du CGEDD) interviendra officiellement dès « saisie » officielle du dossier. A ce moment, il sera important de lui transmettre tous les éléments pertinents à ce dossier.

Il faut donc surveiller ce site pour pouvoir réagir dès le dépôt d’un dossier par la RATP.

L'Autorité Environnementale CGEDDLes saisines de l’AE

 

Les décisions au ‘cas-par-cas’

 

Le-Parisien parle de la RATP

image_pdfimage_print

Article paru le 8-décembre 2015 dans « Le Parisien »

20151208 Le-Parisien
Article dans Le-Parisien sur Saint-Rémy et la RATP

Le Parisien a publié un article sur la position de la municipalité de Saint-Rémy et le projet RATP actuel. L’avis de la RATP est aussi évoqué.

Des réactions se font déjà lire chez nos membres (voir notamment les remarques publiées par l’association ‘Petit-Chevincourt‘).

L’élément le plus étonnant est l’avis annoncé de la RATP qui « …espère avec ces voies de garages…doubler le trafic en passant de 5 trains à 10 trains par heures ».

Cela surprend le Collectif et nous fait craindre que les lecteurs du Parisien se méprennent sur ce projet et ses objectifs. Nous souhaitons connaitre l’origine de cette affirmation.

Jusque là RATP n’a pas expliqué que ces voies serviront à doubler la fréquence du trafic. Et dans ce cas, sur quel tronçon, comment, pourquoi, quelles alternatives envisagées ?

Bien au contraire, jusqu’à présent, la RATP nous a présenté un besoin de garer 10 Rames(*) supplémentaires à Saint-Rémy dont 8 partiront à vide jusqu’à Orsay.
Nulle part la proposition de doublement de fréquence entre Saint-Rémy et Orsay n’a été exprimée par la RATP ni par le STIF.
Pourquoi la doubler quand le trafic enregistré est l’un des plus faibles (en 2014 la fréquentation sur le RER B sur le tronçon Saint-Rémy – Palaiseau reste inférieure à 4%)? Quelle perspective d’augmentation dans la zone inscrite du Parc Naturel dont la densification de population et l’urbanisation est forcément limitée?

Le problème semble situé en aval vers Paris, ou la RATP a déjà du mal à tenir ses objectifs dans le tunnel du Châtelet.

Et pour cela, des trains à double étages permettraient de dé-saturer le réseau.

On parle d’un projet de plus de 100.000.000 Euros quand même !



(*) Les voies de garage accueillent des trains à double rame. 5 nouvelles voies pour 5 trains doubles et donc pour 10 rames supplémentaires.

Lettre ouverte du Collectif de décembre 2015

image_pdfimage_print

Lettre ouverte au futur Président de la Région Ile de France et du STIF

HALTE AUX PROJETS PHARAONIQUES DE LA RATP 

EN GARE DE SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

 

Le Collectif Pôle Gare Saint-Rémy, composé de 7 associations et de plus de 200 habitants de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, attire votre attention sur le projet de réaménagement des infrastructures ferroviaires envisagé par la RATP en gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse dans le cadre du Schéma Directeur RER B Sud.

Ce projet d’une centaine de millions d’euros au total, ne nous paraît absolument pas justifié sur le plan économique, et repose sur des hypothèses dont les éléments et les décisions ne seront connues qu’en 2016 (projection en termes de fréquentation, évolution de l’offre de transport, choix du futur matériel roulant).

Vous rappelez-vous que la gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse est la porte d’entrée privilégiée du Parc Naturel de la Haute Vallée de Chevreuse ?

Savez-vous :

  • que le projet se situe dans un site inscrit, bordé de 2 sites classés qui constituent la partie « Vallée de Chevreuse » de Saint-Rémy,
  • que le projet se situe à quelques dizaines de mètres de deux ZNIEFF et des périmètres « monuments historiques » des Châteaux de Coubertin et de Vaughien,
  • que des nappes phréatiques circulent sous les emprises ferroviaires ?

Et néanmoins, à ce stade, la RATP :

  • n’a aucunement l’intention de réaliser une étude d’impact sur le projet, pas plus que sur l’ensemble des aménagements du RER B Sud envisagés dans le Schéma Directeur, étude pourtant réclamée par le CGEDD depuis plus d’un an,
  • ne prévoit aucun dispositif pour réduire les nuisances sonores et visuelles des nouveaux aménagements et limiter l’impact sur l’espace urbain et le centre ville de la commune.

Le projet de la RATP présente de nombreuses incohérences qui vont entraîner un gaspillage financier conséquent, le tout sans améliorer efficacement le service aux usagers, puisque les nouvelles rames seront inaccessibles aux voyageurs et circuleront à vide, entre Orsay ou Massy et Saint-Rémy.

De plus, le stockage des  rames à l’extrémité de ligne, située rappelons-le, à plus de 30 km de Paris, occasionnera nécessairement un allongement du délai de réacheminement des trains vers le tronçon central en cas de forte perturbation, délai d’autant plus dommageable que la ligne,  empruntée par près d’un million de voyageurs par jour, est stratégique pour la région et ne peut souffrir  d’intéruption de service prolongée, sans mise en danger des voyageurs .

Par ailleurs,  circulation à vide et procédures non optimisées vont à l’encontre des   objectifs de performance recherchés dans le Schéma Directeur.

L’urgence du moment (cf. recommandations du Cercle des transports) est  le renouvellement des rames avec une augmentation significative de la capacité d’accueil (rames à deux niveaux). L’enjeu sur la régularité (avec une diminution du nombre de malaises voyageurs) et sur l’économie de la région est colossal (plateau de Saclay à desservir et perspectives 2024 et 2025 à intégrer pour les éventuels JO et Exposition universelle à Paris)

Vouloir faire de Saint-Rémy une gare plus importante que celle de Roissy n’a aucun sens, quand on sait que la fréquentation du tronçon « Orsay / Saint-Rémy » est une des plus basses de la ligne, et n’a pas vocation à se développer .. Le projet de la RATP, d’un budget global de 100M€, ne répond tout simplement pas aux urgences nécessaires pour la ligne B du RER et nécessite d’être remis à plat, dans le respect de la réglementation en vigueur, de l’environnement et des besoins des usagers.

Le collectif pole Gare St Rémy

Décembre 2015

Alerte au Pôle « Paysages et Sites » de la DRIEE

image_pdfimage_print

Le 22 Novembre 2015, le Collectif alerte le Chef de Pôle « Paysages et Sites » de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie au sujet de l’Extension de la gare de St-Rémy-lès-Chevreuse dans le site inscrit de la Vallée de Chevreuse.

Nous souhaitons que la DRIEE analyse ce projet avec l’Inspecteur des Sites et l’ABF (Architecte des Bâtiments de France).

2015-11-22 Lettre à l’Inspecteur des Sites

la RATP ne semble pas avoir pris conscience que son projet se situe dans une vallée dont la qualité paysagère a justifié
qu’elle soit totalement classée et inscrite en 1973, ces protections visant à préserver l’ensemble du site comme une entité paysagère remarquable.
En dehors du fait que ces installations vont modifier significativement le paysage de ce site, elles risquent aussi, à cause des mouvements topographiques entrainés et des équipements techniques engagés, de défigurer le centre-ville de Saint-Rémy. Par ailleurs, ce projet engendrerait une augmentation significative des pollutions sonores et lumineuses avec ses impacts néfastes sur la biodiversité, les habitants, et leur cadre de vie.
De toute évidence, ce projet ne peut être engagé sans avis de la commission départementale de la nature, des paysages et des sites. C’est la raison pour laquelle nous souhaiterions, avant tout commencement des travaux prévus début 2016, vous inviter à une présentation de ce projet en présence de l’inspecteur des sites et de l’architecte des bâtiments de France de notre département.
Nous demandons aussi que les autorisations légales requises pour ce type de projet en zone protégée soient effectuées avec une grande attention par les services concernés.

Alerte à l’Autorité Environnementale

image_pdfimage_print

Le Collectif a alerté le 20 novembre 2015 par courrier l’Autorité Environnementale (partie du CGEDD) sur le projet de réaménagement des infrastructures ferroviaires envisagées par le STIF et la RATP et l’absence à cette heure d’Étude d’Impacts du projet ni de garantie que l’ensemble des phases seront bien incluses. Le déroulement ressemble en effet à ce que la Cour de Justice Européenne qualifie de « saucissonnage ».

2015-11-20 Lettre à l’Autorité Environnementale CGEDD

 

La RATP a déposé auprès de vos services une demande au cas par cas en Novembre 2014, occultant la phase 1 et indiquant repousser la phase 3 à une date ultérieure.
Elle a retiré cette demande, après que vous l’ayez débouté de son recours dans le cadre d’aménagements similaires en gare de Robinson, pour lesquels vous avez exigé une étude d’impact pour l’ensemble du projet en application de l’article R122-5 du code de l’environnement
De toute évidence, ces différentes phases doivent faire l’objet d’une étude d’impact globale à l’instar de ce vous mentionniez dans votre Décision n°F—011-14-C-0101/n° CGEDD 10044-01 du 21/11/2014 :
«… que cette approche pourrait être interprétée, comme la commission et la Cour de Justice Européenne ont déjà pu le faire, comme du saucissonnage de ce projet d’ensemble, aux dépens d’une bonne prise en compte de l’ensemble de ses impacts… »
Et pourtant, la phase 1, validée par le conseil du STIF du 8/7/2015 et dont le début de travaux est planifié par la RATP début 2016, est sur le point d’être lancée indépendamment de la suite du projet.

C‘est la raison pour laquelle nous tenions à vous alerter. Vous remerciant d’avance pour la prise en compte de ces éléments, et souhaitant vous rencontrer pour pouvoir vous exprimer plus précisément nos doléances.

MISE à JOUR de l’article : La réponse de l’Autorité Environnement du 3 décembre 2015 (cliquer sur le lien pour télécharger: 20151203-reponse-cgedd ) nous laisse malheureusement sans recours, tant qu’il n’y aura pas de saisie officielle du dossier par dépôt d’une demande par le porteur du projet (la RATP).

La vigilance reste donc absolument nécessaire pour que le code légal soit respecté et nous devons en parallèle chercher d’autres leviers pour faire prendre en compte nos positions.